Le guide pour devenir orthophoniste

  • Le guide pour devenir orthophoniste

La mission de l'orthophoniste est de travailler auprès différents publics ayant des troubles du langage et du communication, dans une relation d'aide aux apprentissages en lien avec la parole.

La profession paramédicale d'orthophoniste est très féminisée comme de nombreux métiers de la santé.

96% des professionnels sont des femmes. Une orthophoniste intervient auprès d’enfants, d’adultes et de personnes âgées, pour les aider à faire face à des difficultés de langage, d’élocution et de mémorisation.

Le site devenir orthophoniste permet de tout connaître sur les exigences de cette profession et ainsi de déterminer plus précisément son projet professionnel.

Vous cherchez à préparer le concours d'Orthophoniste ? Cours Minerve peut vous aider efficacement à obtenir votre concours d’entrée en école. Demandez à recevoir une documentation gratuite ! Etudiez de chez vous à votre rythme et sans contrainte !

Les missions et lieux d’exercice de l’orthophoniste

L'orthophoniste est un thérapeute incontournable et spécialisé dans les troubles de la communication orale et/ou écrite. Contrairement à certaines professions de santé, ce spécialiste n'intervient uniquement que sur prescription médicale.

Celui-ci exerce ses fonctions en étroite collaboration avec les professionnels médicaux et plus particulièrement, avec le médecin prescripteur.

L'orthophoniste doit intervenir pour aider des personnes dont les troubles peuvent empêcher l'insertion sociale, scolaire et professionnelle. Son champ d'action est vaste : langage, parole, troubles de la voix, audition, articulation, déglutition, perception visuelle et facultés cognitives…

L’orthophoniste travaille auprès de différents publics. En cabinet libéral, la professionnelle intervient quotidiennement, avec :

  • Des enfants en difficulté qui constituent 80 % de sa patientèle.
  • Des adultes comme des personnes souffrant de handicap (trisomie, traumatisés crâniens...), âgées et malentendantes.

Formée à l'écoute des patients, elle dépiste et traite tous les problèmes en lien avec la voix, le langage et la parole tels que, par exemple, le bégaiement, la perte de la parole suite à un accident ou une opération, un défaut dans la prononciation, un retard de langage, une difficulté lors de l'apprentissage de l'écriture et la lecture (dyslexie), de l'orthographe (dysorthographie) ou du calcul (dyscalculie).

Les orthophonistes exercent en tant que salarié ou à titre indépendant dans différents établissements :

  • En cabinet libéral ou à domicile.
  • Dans les structures pour personnes âgées.
  • Dans les hôpitaux et Centres de rééducation médicalisés.
  • Dans les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques (CMPP), Instituts Médico-Educatifs (IME), Maison d'Accueil Spécialisée (MAS), Centres pour Traumatisés Crâniens.

L’orthophoniste doit avoir de multiples qualités : être pédagogue, patiente, communicative, avoir le sens de l'écoute, avoir une bonne élocution et être dotée d'une excellente orthographe. Un trouble de l’audition est incompatible avec le métier d’orthophoniste.

Accessible sans diplôme
Besoin d'être guidée ?
Demandez à être contactée par un conseiller Cours Minerve par téléphone pour étudier votre situation et recevoir une documentation
Les conditions pour être orthophoniste
Métier orthophoniste

Dès l'obtention du concours, le candidat doit intégrer l'université, pendant 5 années, au sein d'une Unité de Formation et de Recherche (UFR) de médecine, afin de valider son diplôme. Ce diplôme universitaire se prépare dans 19 écoles d'orthophonistes qui dépendent généralement de la faculté de Médecine.

Le recrutement se fait sur concours. L'examen d'entrée est extrêmement sélectif et seulement 10% des candidats sont retenus. En France, le nombre d'admis s'élève généralement chaque année autour de 840.

Suivant l'école, le candidat doit vérifier avec précaution les modalités d’inscription, elles varient selon l'école choisie. Aucune limite d'âge n'est imposée pour le concours. Les conditions d'admission sont les suivantes :

  • Etre titulaire du baccalauréat de l'enseignement du second degré.
  • Etre titulaire d'un titre français admis en dispense du baccalauréat.
  • Etre titulaire d'un titre étranger de niveau baccalauréat sur décision du Président de l'université.
  • Etre titulaire du Diplôme d'Accès aux Etudes Universitaires (DAEU).
  • Etre titulaire de l'Examen Spécial d'Entrée dans les Universités (ESEU).

Pour les personnes inscrites en classe de terminale, leur admission définitive est validée dès l'obtention du baccalauréat.

Les épreuves du concours d’orthophoniste
Concours orthophoniste

Le concours d'orthophoniste est composé de 4 épreuves en général. Les modalités peuvent varier en fonction des établissements.

Epreuves d'admissibilité :

  • Une épreuve écrite de maîtrise de la langue, de la grammaire et de l'orthographe, sous la forme d'un questionnaire à choix multiples d'une heure, noté sur 60 (coefficient 1).
  • Une épreuve écrite de culture générale incluant des questions de biologie, sous la forme d'un questionnaire à choix multiples d'une heure, noté sur 60 (coefficient 1).

Epreuves d'admission :

  • Une dictée de 30 minutes, notée sur 20 (coefficient 1).
  • Une épreuve orale d'admission de 15 minutes afin d'évaluer le comportement du candidat et ses qualités d'élocution, notée sur 20 (coefficient 3).

A la fin des études, le Certificat de Capacité (CA) d'orthophoniste est délivré aux étudiants ayant validé tous les examens, mémoire et stages cliniques. Ce diplôme national de niveau I délivré par le Ministère de l'Education Nationale permet l'accès à la profession d'orthophoniste.

Votre expert du paramédical

Durée de la préparation, méthodologie, mode d’évaluation, facilités de paiement en fonction de votre budget … EN SAVOIR PLUS